En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Accepter les cookies
Sanofi Genzyme

Vivre

avec la dermatite atopique

Ma vie de famille et sentimentale

Comment bien gérer la dermatite atopique de l’enfant ?

La dermatite atopique, également appelée eczéma atopique, touche une grande proportion d'enfants, puisqu’environ 10 à 20% des enfants sont concernés en France.1 Elle est encore plus fréquente chez les nourrissons, où elle touche 20 % des enfants de moins de deux ans. Au cours des 30 dernières années, le nombre de cas de dermatite atopique chez les enfants a été multiplié par deux à trois.2

Quels sont les signes ?

La dermatite atopique commence généralement vers trois mois, mais parfois dès les premières semaines de la vie. Elle évolue en alternant des phases de poussées et des périodes d’accalmie. La peau de l’enfant est sèche, poreuse. Lors des poussées, des plaques rouges apparaissent, accompagnées de fortes démangeaisons. L’enfant se gratte alors régulièrement. Chez le nourrisson (<2 ans), les premières lésions apparaissent sur les joues et au cuir chevelu puis s’étendent au ventre, et coudes et genoux. Chez l’enfant un peu plus grand (> 2 ans) les lésions cutanées sont plutôt localisées aux plis de flexion (cou, coudes, genoux).1,3

D'autres manifestations allergiques associées à l'eczéma atopique peuvent survenir à différents âges de la vie, en particulier : l’asthme, la rhinite allergique ou des allergies alimentaires.

Que faut-il faire en cas de dermatite atopique ?

Le plus souvent, la dermatite atopique de l’enfant n’est pas grave et dans la majorité des cas, s’améliore puis disparaît au cours de l’enfance.

Des mesures simples d’hygiène et d’adaptation de l’environnement suffisent à soulager la plupart des enfants et à prévenir l’apparition de plaques :1,4

  • Soins d’hygiène : des soins d’hygiène non agressifs pour la toilette des enfants atopiques sont recommandés. Utiliser de préférence un gel sans savon et non parfumé, réduire la fréquence des lavages de la peau, éviter les bains chauds prolongés, et utiliser une crème hydratante après la toilette. Sécher la peau en tamponnant, sans frotter.
  • Habillement : éviter les textiles irritants (laine, synthétiques à grosses fibres) en contact direct avec la peau ; préférer coton et lin. Habiller ample et pas trop chaudement pour éviter la transpiration.
  • Éviter l'exposition au tabac.
  • Maintenir une température fraîche dans la chambre à coucher. Ne pas trop couvrir la nuit.
  • Sports : pas de restriction en général. Veiller à faire prendre une douche et appliquer une crème hydratante après la piscine en particulier (irritation des désinfectants chlorés).
  • Soleil : pas de restriction spécifique. Exposition progressive avec maintien des soins habituels et crème solaire avec filtre UV maximal.
  • Temps froid et sec : augmenter les applications de crème hydratante.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Si vous constatez l'apparition de lésions cutanées d'eczéma sur le visage et/ou les membres de votre nourrisson ou de votre enfant, prenez rendez-vous chez votre pédiatre ou votre médecin traitant afin qu’il évalue la sévérité de la dermatite. En effet, il existe plusieurs degrés de sévérité de la maladie selon l’intensité et l’étendue des lésions, l’intensité des démangeaisons et l’impact sur la qualité de vie. Cette évaluation plurifactorielle permet ainsi de définir si la dermatite atopique de l’enfant est légère, modérée ou sévère.4

Si les mesures de prévention ne suffisent pas à apaiser les plaques et les démangeaisons, ou si des plaques s’infectent, le médecin de votre enfant décidera de la nécessité ou non d’un traitement et de la conduite à tenir.

Certaines situations doivent amener à consulter rapidement un médecin5 :

  • modification de l'aspect des lésions d'eczéma existantes (présence de pustules ou de croûtes inhabituelles) ;
  • présence de fièvre et altération de l'état général associées, ce qui laisse craindre une complication infectieuse (impétigo par exemple) ;
  • absence de prise de poids du nourisson. Cela peut être lié à une allergie alimentaire associée ;
  • autre manifestation de l'atopie : asthme du nourrisson, rhinite allergique ;
  • maladie de peau associée : gâle, varicelle par exemple.

Enfin, le virus de l’herpès peut être responsable de surinfection graves chez l’enfant atteint d’eczéma. Il faut éviter que l’enfant qui présente un eczéma atopique soit en contact étroit (baiser, échange de couverts…) avec une personne qui a un « bouton de fièvre ».1

Références

1 Barbarot S, et al. Dermatite atopique. EMC Dermatologie. 2016;11(3):98-150-A-10.
2 Strathie Page S, et al. Atopic dermatitis in children. Aust Fam Physician. 2016;45(5):293–296.
3 Weidinger S, Novak N. Atopic dermatitis. Lancet. 2016;387(10023):1109–1122.
4 Bieber Thomas. Dermatite atopique. In : Saurat JH. Dermatologie et infections sexuellement transmissibles. 6e édition. Elsevier Masson 2017.Pages 270-281.
5 Dermatite atopique de l'enfant : que faire et quand consulter ?
Disponible sur https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/eczema-atopique/que-faire-quand-consulter
Accédé le 11/03/2020

Publié le 02/06/2020

Dernière mise à jour le 02/06/2020

Référence ZINC 7000028565-06/2020

Suggestion d'articles