En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Accepter les cookies
Sanofi Genzyme

Vivre

avec la dermatite atopique

Mon travail

Comment le médecin du travail peut vous aider ?

Selon les métiers, les conditions de travail peuvent favoriser ou aggraver les lésions associées à la dermatite atopique. Il peut alors être utile de consulter son médecin du travail. En effet, ce dernier est là pour aider à trouver des solutions adaptées pour préserver votre santé sur votre lieu de travail.

La dermatite atopique n’a pas que des conséquences dans la vie personnelle. Elle peut retentir aussi dans la vie professionnelle. L’environnement de travail est en effet susceptible d’exacerber les lésions, notamment au niveau des mains et du visage. C’est le cas si vous travaillez en milieu humide, froid ou sec, ce qui tend à accroître la sécheresse de la peau, surtout dans une pièce confinée. Les altérations cutanées rendent également la peau plus sensible à des produits plus ou moins allergisants, tels que les agents de nettoyages et les solvants, mais aussi les ciments et les produits de coiffure. Un métier qui nécessite de se laver fréquemment les mains peut conduire à des irritations marquées ; la dermatite atopique multiplie ainsi par trois le risque de survenue d’un eczéma des mains. Enfin, les situations stressantes peuvent favoriser les poussées.

Les métiers les plus « à risque » pour les personnes atteintes de dermatite atopique sont ceux conduisant à la manipulation d’aliments (en cuisine, mais aussi à la vente de détail et dans les conserveries), la coiffure, le bâtiment, les travaux de nettoyage, ceux de mécanique, les soins médicaux et paramédicaux, ainsi que les travaux agricoles et forestiers. Mais les bureaux climatisés, surtout si le système de conditionnement de l’air est mal entretenu, les transports aériens et l’industrie textile peuvent aussi rendre la peau plus sensible aux agressions en tout genre. Autrement dit, beaucoup d’environnements professionnels sont susceptibles d’accentuer les troubles liés à la maladie.

Le rôle de la médecine du travail

Il n’est pas forcément évident d’identifier, dans le cadre de votre travail, un produit ou une cause spécifique susceptible de favoriser les lésions. Leur survenue est en effet souvent multifactorielle. Cependant, si vous pensez que votre environnement professionnel contribue aux manifestations de votre dermatite atopique, il est conseillé d’en parler à votre dermatologue. Ce dernier peut, en fonction de vos conditions de travail, vous orienter sur des mesures pour prévenir ou limiter les lésions. Il peut aussi être utile d’en parler à votre médecin du travail.
La médecine du travail concerne tous les salariés et les agents de la fonction publique (pour cette dernière, l’appellation officielle est « médecine de prévention »). Elle est assurée par des médecins, soit au sein de l’entreprise ou de l’administration, soit dans le cadre d’un service interentreprises. Le rôle de la médecine du travail est exclusivement préventif. Elle vise à éviter toute altération de la santé des travailleurs liée à leur activité professionnelle. Le médecin du travail intervient notamment à l’occasion de toute embauche (visite dite d’information et de prévention) et de reprise du travail après un arrêt prolongé (par exemple de plus de 30 jours pour les salariés du privé). Une consultation régulière avec le médecin du travail est par ailleurs prévue tout au long de la carrière professionnelle. Sa périodicité est définie en fonction du statut de l’employeur (privé ou public), de l’âge du travailleur et de son état de santé. Dans tous les cas, le temps entre deux visites auprès du médecin du travail ne peut excéder 5 ans.

Adapter les conditions de travail

Vous avez à tout moment la possibilité de demander à consulter le médecin du travail dont vous dépendez. À cette occasion, vous pouvez lui exposer votre situation professionnelle et les difficultés que vous pouvez rencontrer dans le cadre de celle-ci en raison de votre dermatite atopique. Le médecin du travail n’interviendra d’aucune manière pour la prise en charge de votre maladie. En revanche, il sera en mesure d’évaluer le retentissement de votre travail sur votre maladie (si par exemple, vous êtes exposé à des produits susceptibles d’exacerber les poussées et les lésions). Il pourra ensuite préconiser à votre employeur des mesures individuelles d’aménagement, d’adaptation ou de transformation de votre poste de travail. Si votre état de santé le justifie, il aura également la possibilité de vous déclarer inapte à votre poste de travail et établir des propositions de reclassement.
Comme tout médecin, le médecin du travail est assujetti au secret médical. En aucun cas, il ne peut informer votre employeur de votre état de santé, ni lui répéter ce que vous lui avez confié. Par ailleurs, il travaille en toute indépendance par rapport aux entreprises auprès desquels il exerce. Vous pouvez donc le consulter en toute confiance.

Bibliographie :

  • Frimat P, Fantoni-Quinton S. Orientation professionnelle de l’atopique. Revue française d’allergologie et d’immunologie clinique. 2008;48:317-320. doi: 10.1016/j.allerg.2008.02.007.
  • Hello M, Aubert H, Bernier C et al. Dermatite atopique de l’adulte. Rev Med Interne.
    2016 Feb;37(2):91-9. doi: 10.1016/j.revmed.2015.10.345.
  • Médecine du travail. Service-public.fr.
  • Code du travail, article R4624-16.

Publié le 14/06/2018

Dernière mise à jour le 14/06/2018

Référence ZINC 7000021400-05/2018

Suggestion d'articles