En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Accepter les cookies
Sanofi Genzyme

Vivre

avec la dermatite atopique

Mon bien-être

Dermatite atopique et maquillage

Pour beaucoup de femmes, le maquillage est associé à la notion de féminité et de confiance en soi. En cas de maladie de peau atteignant le visage, le maquillage correcteur offre en outre la possibilité d’atténuer la visibilité des lésions cutanées, d’améliorer l’estime de soi et ainsi la qualité de vie1. Le maquillage est possible dans la plupart des cas de dermatite atopique, à condition de respecter certaines précautions.

Au cours de la dermatite atopique la peau présente des rougeurs et des démangeaisons. Les plaques peuvent suinter et comporter des croûtes. Il existe fréquemment des lésions dues au grattage. Dans les formes chroniques, la peau est souvent sèche, et lichénifiée (épaissie et quadrillée) avec parfois une pigmentation plus foncée2.

Avant tout maquillage, l’amélioration de l’aspect de la peau passe d’abord par l’application des traitements locaux qui ont éventuellement été prescrits et d‘une crème hydratante3,4. En cas de peau très sèche ou squameuse, les textures dites « riches » telles qu’un baume ou une cold cream seront plus efficaces qu’une crème pour assouplir la peau et lisser les squames.

Une fois la peau traitée et bien hydratée, on peut appliquer le maquillage. On trouve sur internet de nombreux tutoriels sur la façon de procéder pour déposer on fond de teint, un fard à paupières, un eye liner etc…

Si les techniques d’application du maquillage sont globalement les mêmes, en cas de dermatite atopique il existe quelques spécificités: on parle de maquillage correcteur médical4.

Des produits non irritants et hypoallergéniques

Il est fortement recommandé de choisir des produits cosmétiques correcteurs conçus sans parfum, sans conservateur, affichent une longue tenue, sont résistants à l’eau et à la sueur, hypoallergéniques et non comédogènes4. De façon générale, il convient de consulter la liste des ingrédients pour éviter les composants auxquels vous êtes allergique5. En cas de survenue immédiate ou retardée de sensations d’irritation, picotements ou brûlure, il convient d’arrêter immédiatement l’utilisation du cosmétique.

Le teint : unifier et camoufler

En cas de rougeurs, lésions de grattage, croûtes ou cicatrices, le maquillage correcteur permet de camoufler les lésions et d’unifier les irrégularités du teint.

Pour masquer les rougeurs, on utilise d’abord un correcteur de couleur verte (peaux claires) ou jaune (peaux dorées), qui neutralise le rouge3. On applique par petites touches, avec le doigt, le correcteur sur la zone concernée, puis on estompe en tapotant, en évitant de déborder autour de la zone à masquer. On laisse sécher le correcteur quelques instants afin de bien le fixer, avant de passer à l’étape suivante.

On applique ensuite un fond de teint correcteur. Les fonds de teint correcteurs doivent avoir un fort pouvoir couvrant, et avoir une très bonne tenue pour ne pas avoir à en réappliquer au cours de la journée. Les fonds de teint compacts sont plus couvrants grâce à une très haute concentration en pigments et ont une meilleure tenue que les fonds de teint fluides : le choix dépendra de l’intensité des lésions à masquer.

Les écrans solaires compacts teintés sont très intéressants car leur pourcentage en pigments est élevé et ils permettent ainsi une bonne correction des taches, tout en protégeant des UV4.

On dépose de petites quantités de fond de teint en différents points sur tout le visage puis on l’étire aux doigts ou, mieux, à l’aide d’un gros pinceau à fond de teint (plus hygiénique et facile à nettoyer que les éponges ou « beauty blenders » qui peuvent rapidement devenir des « nids à microbes »). Si le fond de teint est épais et très couvrant, on l’applique en petite quantité et on l’étire en douceur. S’il est fin et fluide, on l’applique par petites touches successives3, en ajoutant un peu plus de produit à l’aide d’un pinceau fin sur les lésions à masquer.

On n’oublie pas le cou, afin d’éviter une démarcation disgracieuse.

L’utilisation d’une poudre fixante permet une meilleure tenue du maquillage, mais en cas de dermatite atopique, elle doit être prudente: ces poudres sont souvent asséchantes et risqueraient d’augmenter les démangeaisons et les rougeurs4. On peut par sécurité les tester sur une petite partie du visage seulement.

Les yeux

Les fards à paupières peuvent aggraver l’eczéma des paupières6. Les fards en crème seraient selon certains mieux tolérés. Il est possible de tester la tolérance sur une zone du corps, par exemple la face interne de l’avant-bras ou du bras7.

En cas d’intolérance aux fards à paupières et à l’eye liner, un simple mascara sur les cils apporte déjà une touche de sophistication. De même, brosser les sourcils et les redessiner à l’aide d’un crayon ou d’une poudre met le regard en valeur.

Les lèvres

L’application d’un stick hydratant avant le rouge à lèvre permet d’éviter le dessèchement. Certains baumes à lèvres sont légèrement teintés et offrent un effet gloss6.

Les ongles

Les vernis à ongles contiennent souvent des substances irritantes ou allergisantes, et peuvent être responsables d’eczéma au niveau des mains mais aussi du visage, lors du contact des ongles avec la peau. On veillera à utiliser des dissolvants sans acétone, moins irritants, pour retirer le vernis6.

Le démaquillage

Retirer le maquillage est essentiel pour éliminer les substances potentiellement irritantes et les bactéries, qui favorisent la surinfection des lésions, et pour appliquer avant la nuit ses traitements locaux et une crème hydratante.

Là encore, que l’on préfère les eaux micellaires ou les laits démaquillants, il est préférable d’utiliser des produits hypoallergéniques non agressifs. Si le maquillage est très couvrant, on peut compléter le démaquillage par un lavage avec un syndet ou un gel sans savon que l’on rince à l’eau tiède. On procède avec des gestes doux et on évite les frictions vigoureuses …

Le plus important sera d’appliquer une crème ou un baume hydratant sans tarder sur la peau nettoyée et encore légèrement humide, et le cas échéant le traitement local prescrit.

On n’oubliera pas de nettoyer et/ou de renouveler régulièrement les pinceaux et accessoires utilisés pour appliquer le maquillage5.

Conclusion

Se maquiller est un geste important pour beaucoup de femmes, et plus encore si la peau comporte des imperfections que l’on souhaite masquer.

La dermatite atopique ne contre-indique pas le maquillage, qui sera d’autant plus réussi et esthétique que les traitements locaux sont appliqués régulièrement selon la prescription et que l’on utilise avant de se maquiller une crème ou un baume hydratant.

La tolérance aux produits cosmétiques – fond de teint, fards, rouge à lèvre …- est très variable d’une personne à l’autre, et seule l’expérience vous permettra de déterminer quels produits votre peau tolère ou pas. Les gammes de dermo-cosmétique médicale proposent des produits hypo-allergéniques et conçus pour les peaux réactives qui améliorent la tolérance, ainsi que des correcteurs de teint permettant de camoufler les rougeurs, lésions et cicatrices.

Références

1 Saint Jean M et al. Huit ans d’expérience en maquillage thérapeutique au sein du CHU de Nantes. Abstract. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie Volume 142, Issue 12, Supplement, December 2015, Page S489
2 Eltjo J. Glazenburg et al. A statistical model to predict the reduction of lichenification in Atopic Dermatitis. Acta Dermato Venereologica 2015 ; 95: 294.
3 Deshayes P. Le maquillage médical pour une meilleure qualité de vie des patients. Ann Dermatol Venereol. 2008;135:S208-10
4 Nonni J. Maquillage médical : la correction des troubles de l’hyperpigmentation. Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, S119-S124
5 AFSSAPS. Recommandations de bon usage des produits cosmétiques à l’attention des consommateurs. Novembre 2010.
6 Association Française de l’eczéma
7 Dermato-Info.fr (site d’information de la Société Française de Dermatologie). Bien utiliser les cosmétiques.

Publié le 04/10/2019

Dernière mise à jour le 04/10/2019

Référence ZINC 7000026432-10/2019

Suggestion d'articles