En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Accepter les cookies
Sanofi Genzyme

Vivre

avec la dermatite atopique

Mon bien-être

Quels conseils avant de partir en vacances ?

Les vacances sont souvent synonymes de vie au grand air, que ce soit à la mer, à la campagne ou à la montagne. Avec la dermatite atopique, certaines précautions sont à respecter pendant les congés. Voici ce qu’il est bon de savoir, avec le Dr Patrick Moureaux, dermatologue à Vannes (Morbihan).

Les vacances, c’est fait pour se reposer, en profiter et passer de bons moments ! Alors, autant tout faire pour que ce soit le cas et ne pas risquer que votre dermatite atopique vous empêche de réellement vous détendre.

Les bienfaits du soleil sur une peau atopique

Le soleil est votre ami ! La période estivale, où l’exposition solaire est la plus importante, s’accompagne en effet d’une amélioration des lésions de la dermatite atopique chez la majorité des personnes atteintes par cette maladie. Une étude a ainsi montré que chez des patients présentant une dermatite atopique légère à modérée, 74 % voyaient leurs lésions disparaître complètement pendant les vacances d’été et 9 % constataient une amélioration de leurs symptômes ; seuls 9 % ne percevaient aucune évolution de la maladie. Fait surprenant et inexpliqué, dans cette même étude, l’amélioration des lésions était beaucoup plus fréquente chez les personnes ayant pris des vacances à la mer (91 %) par rapport à celles ayant séjourné à la montagne (11 %). Dans tous les cas, ce sont les rayons ultraviolets qui ont cet effet positif. « Ils ont des propriétés anti-inflammatoires et anti-allergique qui réduisent l’inflammation des plaques d’eczéma, explique le Dr Moureaux. Combiné à la diminution du stress apportée par les vacances, la lumière blanche du soleil joue le rôle d’une luminothérapie. C’est ce qui conduit à l’amélioration de la dermatite atopique. »

Pour autant, il convient de ne pas s’exposer à outrance au soleil. Au contraire, indique le Dr Moureaux, « l’exposition doit être progressive afin d’obtenir un effet anti-inflammatoire graduel ». Pour cela, il recommande le port de vêtements légers au tissu clair et l’application d’une crème solaire d’indice 50 sur les zones exposées.

Sachez que les traitements de la dermatite atopique, qu’ils soient locaux (appliqués directement sur la peau à l’endroit des lésions) ou systémiques (médicaments qui se diffusent dans l’ensemble de l’organisme) ne sont pas photo-sensibilisants. Il est donc possible, si cela vous est nécessaire, de continuer à les prendre pendant la période estivale.

Aller à la plage avec une dermatite atopique

Quand on prend des vacances à la mer, forcément, on passe du temps sur les plages. Oui, mais, est-il possible pour autant de piquer une tête dans l’eau et de profiter des plaisirs des bains de mer ? Cela dépend, répond le Dr Moureaux : « Les baignades en eau de mer, comme en eau douce, sont possibles à la condition que la dermatite atopique soit dans une phase de rémission, non évolutive, sans lésion inflammatoire, sans excoriation et sans lésion de grattage. » En d’autres termes, si vous avez des plaques, il est préférable d’attendre qu’elles s’améliorent avant de vous mettre à l’eau.

Une autre précaution s’impose : l’application d’un émollient barrière avant et après toute baignade. C’est ce qui vous permettra de conserver un bon confort au niveau de votre peau.

Mais qu’en est-il du sable qui tapisse la plupart des plages ? Ne présente-t-il pas un risque ? Là encore, le Dr Moureaux préconise d’éviter le sable en cas le lésions en cours d’évolution. Il recommande également de ne pas appliquer de crème topique en étant sur une plage, au risque sinon de voir des grains de sable tapisser l’ensemble de la peau. « Cela peut alors entraîner une irritation supplémentaire, explique le Dr Moureaux, conduisant à majorer les symptômes et à dégrader la qualité de vie. »

Les activités et la chaleur

En vacances, certains aiment surtout se reposer et ne pas faire grand-chose. D’autres au contraire sont férus d’activités, qu’elles soient sportives ou de loisirs. Si c’est votre cas, vous pouvez considérer que toutes les activités vous sont permises. La seule condition, c’est d’éviter de choisir une activité risquant une irritation de la peau (des frottements répétés par exemple), surtout en cas de lésions ou d’altérations cutanées. De même, précise le Dr Moureaux, « il est préférable de limiter les activités susceptibles de favoriser un dessèchement de la peau. Il s’agit par exemple des exercices physiques qui se pratiquent en extérieur. La xérose cutanée contribue en effet à faciliter la survenue de nouvelles crises inflammatoires aiguës et donc l’apparition de nouvelles lésions. Il est préférable de limiter dans le temps ces activités et, après chaque séance, réaliser une bonne application d’émollients ».

L’été, c’est aussi la période des fortes chaleurs. Quand il fait chaud, on transpire afin de permettre au corps de conserver sa température. Mais « une transpiration importante est susceptible de majorer des lésions évolutives », prévient le Dr Moureaux. Il conseille donc, en période de chaleur importante, d’évoluer autant que possible dans un environnement rafraîchi et ventilé. Il recommande également de porter des vêtements légers et amples, de préférence en coton clair.

La neige et les sports d’hiver

Les vacances, vous pouvez aussi en prendre en hiver, notamment pour profiter des sports de neige. Contrairement au soleil, le froid n’est pas un bon ami pour la dermatite atopique. Il dessèche en effet la peau, exacerbant le risque de survenue de lésions. C’est pourquoi, il est impératif, dès la mi-octobre, d’appliquer des émollients de façon préventive. « C’est le meilleur moyen d’optimiser l’hydratation de la peau et de minimiser la réactivation de la maladie pendant l’hiver », explique le Dr Moureaux.

Le port de vêtements chauds n’entraîne pas de risque par rapport à la dermatite atopique. Toutefois, ils peuvent être irritants pour la peau, en particulier la laine. Le contact direct de votre peau avec des matières irritantes peut alors favoriser l’eczéma. C’est pourquoi il vous est conseillé de porter des cotons blancs protecteurs en dessous.

Les sports d’hiver et toute autre activité en milieu neigeux vous sont possibles. « Il faut simplement appliquer un émollient sur toutes les surfaces de peau non protégées, en particulier le visage, précise le Dr Moureaux. Il est également conseillé d’être bien couvert pour éviter tout déséquilibre thermique cutané.

Bibliographie :

  • Wollenberg A, Barbarot S, Bieber T et al. Consensus-based European guidelines for treatment of atopic eczema (atopic dermatitis) in adults and children: part I. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2018 May;32(5):657-682. doi: 10.1111/jdv.14891.
  • Quelles sont les précautions à prendre avant de partir en vacances ? Que vous alliez à la plage ou à la montagne, découvrez quelques conseils pratiques à prendre en compte pour les personnes atteintes d’une dermatite atopique.

Publié le 30/07/2018

Dernière mise à jour le 30/07/2018

Référence ZINC 7000021400-05/2018

Suggestion d'articles